Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2015

Bigre de bougre !

 

 

Nous avions déjà apprécié, en 2012, les talents comiques de Pierre Guillois et Olivier Martin-Salvan dans Le Gros, la Vache et le Mainate[1]. Et les retrouvailles avec Bigre qui promettait un « mélo burlesque », nous ont comblés.
Nous les avions aimés iconoclastes et cyniques, nous les retrouvons tendres et maladroits, victimes d’une conjoncture difficile.Théâtre, humour, théâtre du Rond-Point, Bigre, Pierre Guillois

Ils n’ont plus de patronyme, et vivent sous les toits dans ces cellules étroites et inconfortables qu’on appelait « chambres de bonnes » du temps où les bourgeois se faisaient servir. Elles accueillent maintenant étudiants et travailleurs précaires.

L’un (Olivier Martin-Salvan) s’est aménagé un espace blanc, nu et fonctionnel, où il traque le moindre grain de poussière. L’autre (Pierre Guillois) empile les cartons dans un désordre organisé. Et voici que nos deux célibataires voient s’installer, dans la chambre rose au bout du palier, une blonde (Agathe L’Huillier), court vêtue (costumes d’Axel Aust) qui trimballe outre son sac à dos, un guéridon et un poisson rouge dans son bocal. Ils en tombent amoureux. On se reçoit, on s’emprunte des objets, on se les chipe au besoin, on fait un peu la fête, on partage le même W.C. On se prête aux apprentissages de la demoiselle tour à tour coiffeuse, cuisinière, infirmière (coiffure et maquillage : Catherine Saint-Sever). On souffre quand elle en choisit un, on se cloître quand elle l’abandonne. On espère quand elle revient.

La vie quoi ! L’héroïsme au quotidien, vécue par des anti-héros auxquels les objets résistent, la nature s’oppose, les circonstances jouent des tours.

Ces trois-là ont co-écrit un spectacle plein d’humour qu'ils interprètent avec brio. Ils évoluent dans le décor de Laura Léonard que les lumières de Marie-Hélène Pinon, les effets spéciaux d’Abdul Alafrez, le son de Roland Auffret rendent réaliste, fantastique ou poétique à plaisir…

On pense au Chaplin des Temps modernes, à Buster Keaton imperturbable dans les pires moments, aux amoureux de Peynet sous les toits, et surtout aux Branquignols, car, bigre de bougre et bougre de bigre !... on rit tout le temps.

Bigre n’est pas encore remboursé par la sécu, mais il est plus efficace que n’importe quel remède contre l’angoisse ! Ne manquez pas ce spectacle !

 

Jusqu’au 17 janvier à 20 h 30

              

 

affiche : © Stéphane Trapier.    

 

[1] - Voir notre note du 11/02/2012 sur Blogspirit.

 

20/11/2015

« Malandro, c’est du feu ».

 

 

Théâtre, théâtre de Malakoff, musique, Ramuz, Stravinsky, Omar PorrasLe diable peut prendre bien des formes. Et Joseph (Joan Mompart), le soldat qui revient dans son village, ne se méfie pas suffisamment du gentil vieux monsieur (Omar Porras) qui lui échange son violon contre un livre magique. Il est trop confiant, Joseph, qui accepte d’apprendre au vieux à jouer du violon pendant trois jours. Car ces trois jours durent trois ans. Quand il arrive dans son village, personne ne le reconnaît, ni sa mère, ni sa fiancée qui s’est d’ailleurs mariée. Joseph n’est « plus qu’un mort parmi les vivants. » Bien sûr, grâce au livre qui prédit l’avenir, il « a tout l’argent qu’il voulait » mais personne qui l’aime. Il n’aura de cesse de récupérer son violon, de rendre l’argent au diable. Il peut alors guérir la fille du roi (Maëlle Jan) et l’épouser. Mais son bonheur est de courte durée. Le diable le guette et l’emmène aux enfers.

De ce conte russe, Stravinsky, réfugié en Suisse, fit L’Histoire du soldat, avec Charles-Ferdinand Ramuz, un mimodrame pour trois récitants et sept instrumentistes. Il fut créé en 1918 par Georges Pitoëff. Aujourd’hui, sous la direction d’Omar Porras, ils sont cinq. Le narrateur (Philippe Gouin) culotte de satin clair, jaquette et chapeau gris, mène le récit mais s’efface devant de vrais personnages comme le curé (Alexandre Estève). Omar joue tous les avatars du diable et il y prend un plaisir… malin.

Les acteurs portent masque et perruque suivant la tradition du teatro Malandro. On avait dit de lui : « Malandro, c’est du feu ». Théâtre, théâtre de Malakoff, musique, Ramuz, Stravinsky, Omar PorrasIl persiste ! 

Des fontaines lumineuses, des feux d’artifices, des explosions aveuglantes rythment les méfaits du diable qui change de costume et d’allure, mais pas de scélératesse. Par instants, la lumière noire peint aussi les rêves. Les couleurs sont vives, les acteurs ardents. Vêtus comme des figurines de bois peintes, ils donnent burlesque et mélancolie à la manière de Petrouchka.

L’Histoire du soldat devient ainsi un éblouissant bijou de fantaisie, mais aussi une amère leçon de vie.

Le soir où nous l’avons vu, à cause des brutes criminelles qui ensanglantent le monde, il avait fallu annuler la venue des jeunes spectateurs. Priver la jeunesse de culture, de pensée, d’amour, tels sont les buts de ces assassins.

Faites qu’ils ne réussissent pas !

Courez voir L’Histoire du soldat.

 

Photos © 2015 Teatro Malandro

 

 

 

L’Histoire du soldat de Charles-Ferdinand Ramuz et Igor Stravinsky

Théâtre de Malakoff

Jusqu’au 27 novembre

01 55 48 91 00

 

Mardi, vendredi à 20 h 30

Mercredi, jeudi, samedi à 19 h 30

Dimanche à 16 h

 

 

© 2015 Teatro Malandro

 

30/10/2015

Un bon diable

 

 

théâtre de poche-montparnasse,poésie,desnosOn célèbre cette année le  soixante-dixième anniversaire de la mort de Robert Desnos. Et Marion Bierry, pour lui rendre hommage a conçu un spectacle de cabaret avec trois comédiens, qui sont aussi chanteurs : Robert le Diable.

Rien à voir avec l’opéra de Meyerbeer, ni la légende médiévale, mais quand même un peu avec le poème d’Aragon, cette Complainte de Robert le diable dans laquelle le poète engagé témoigne de la prémonition poétique de celui qui fut son ami.

Robert Desnos n’était pas vraiment un diable, juste un peu iconoclaste, et surréaliste avec modération. Un bon diable en quelque sorte.

 Il fut surtout un homme passionnément épris de liberté, puisqu’il s’engagea très tôt dans les luttes antifascistes (1934) et n’acceptant pas la défaite, en 1940, il renonça à ses idées pacifistes et entra en résistance. « Ce cœur qui haïssait la guerre », devint un combattant du groupe Agir et mourut en déportation.

théâtre de poche-montparnasse,poésie,desnosC’est ce parcours que Marion Bierry raconte et chante, mêlant les Chantefables aux poèmes de lutte, les Sans cou, et les Destinées arbitraires. Sandrine Molaro, Vincent Heden, et Alexandre Bierry sont ses complices tour à tour malicieux et graves, charmeurs et émouvants.

Les textes s’enchaînent  pour former un spectacle sensible qui devrait permettre de sortir Desnos  du «  chapitre de la curiosité limitée » qu’il se prédisait.

Ouvrez vos oreilles et vos cœurs à Desnos, chanté par Éluard, salué par Aragon, pleuré par Prévert. Il vous accompagnera longtemps, souriant, et peut-être vous apprendra-t-il à être libre.

 

 

 

Photo : © Matthieu Ponchel

 

Robert de diable, spectacle de cabaret conçu par Marion Bierry 

Théâtre de Poche-Montparnasse

01 45 44 50 21

Tous les lundis à 20 h 30 jusqu’au 18 janvier.