Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2016

Tout s’achète !

  

La petite ville de Güllen était jadis prospère avec ses mines, ses usines et se laminoirs. Aujourd’hui elle est ruinée et ses habitants vivent « d’allocations de chômage ». Mais heureusement, Clara Zahanassian la milliardaire, revient visiter son pays, et tous comptent sur sa générosité. Le maire en tête, toute la population courtise Alfred Ill, son ancien fiancé, afin qu’il lui fasse « cracher ses millions » en jouant sur les sentiments : « vous étiez très amis autrefois ».

Théâtre, teatro Malandro, Théâtre 71, Omar Porras, DürrenmattLes trains ne s’arrêtaient plus à Güllen, mais quand la vieille dame tire le signal d’alarme de l’express Venise-Stockholm, baptisé Le Roland furieux, le chef de train intraitable sur « le respect de l’horaire », devient très arrangeant. Elle débarque avec toute une suite, ses maris, ses valets, ses hommes de main et dans ses bagages, un cercueil et une panthère noire. Elle se tient droite, dentelles noires et prothèses d’ivoire et d’acier, raide comme la justice qu’elle exige. En 1910, elle est partie de Güllen enceinte, misérable, accablée de honte par le déni de paternité d’Alfred. Quarante-cinq ans plus tard, on la reçoit triomphalement, avec tous les honneurs, et en travestissant la vérité. Mais elle, n’a rien oublié. Elle demande, pour réparation de son humiliation, la mort d’Alfred : « Je vous donne cent milliards, et pour ce prix, je m’achète la justice. »

La demande est immorale, cynique, elle défie les lois. Le maire est choqué, l’adjudant de gendarmerie contrarié, les citoyens offusqués. Ils refusent tous. « J’attendrai » dit Clara. Pour preuve ? Bobby, témoin acheté par Ill en 1910, est devenu, eunuque et aveugle, attaché servilement à Clara. Tout s’achète !

Car, si apparemment les Gulleniens soutiennent Alfred Ill, inexorablement leurs habitudes changent. Ils portaient des guenilles, ils achètent des vêtements à la mode. Ils marchaient pieds nus, ils acquièrent des chaussures. Ils consommaient des nourritures médiocres, ils veulent du meilleur. Ils vivent à crédit et spéculent sur la promesse de Clara, espérant qu’Ill mette fin lui-même à ses jours. Mais il a des principes, le salaud ! Et, devant la presse internationale rassemblée pour le huitième mariage de la Vieille, il faudra régler l’addition.théâtre,teatro malandro,théâtre 71,omar porras,dürrenmatt

La Visite de la vieille dame est une fable terrifiante. Friedrich Dürrenmatt n’est pas tendre avec ses semblables. « Avec l’argent on peut s’offrir tout ce qu’on veut. » Il montre la cupidité et l’hypocrisie des humains prêts à toutes les infamies pour vivre riches. Il dénonce leur versatilité, leur duplicité, leurs opinions toutes faites, leurs haines absurdes, leur soif de vengeance, l’impossible rédemption, et même ce qu’on appelle « la théorie du complot ».

On joue souvent la pièce comme une tragédie. Omar Porras en restitue le grotesque, mêlant l’humour et l’épouvante avec un syncrétisme remarquable, fidèle à la volonté de l’auteur qui classait sa pièce comme « tragi-comédie ».

Onze comédiens rompus aux méthodes du Teatro Malandro, interprètent plus de vingt-cinq rôles. Les masques autorisent les changements de genre, d’âge, de conditions. Les corps épousent toutes les situations. Ainsi la troupe peut figurer les trains qui filent ou la forêt vibrant sous les souvenirs. Yves Adam prête sa haute silhouette à l’autorité de l’adjudant, du chef de train. Olivia Dalric incarne avec force la rigueur du proviseur et la lucidité de celle « qui se transforme lentement en assassin ». Peggy Dias donne au maire la finesse de sa cautèle. Fanny Duret, interprète l’épouse douloureuse de Ill. Karl Eberhard, est Boby, malheureuse victime de la vengeance de Clara. Adrien Gygax exalte la solennité du Curé, sa bienveillance hypocrite. Jeanne Pasquier, est huissier, enfant de chœur, journaliste, secrétaire. Tous deviennent des citoyens avides, véhéments, énergiques dans des chorégraphies inattendues. Face à eux, les deux protagonistes, Philippe Gouin, remarquable dans la mutation du personnage de Ill, fringant d’abord et de plus en plus misérable. Et Omar Porras jouant Clara claudicante et figée, puis le Speaker empressé, excité, dépassé par l’ardeur des participants, exceptionnel comédien et génial metteur en scène.

L’art d’Omar Porras transcende la comédie. Des images baroques creusent les mythes. Quand le rideau sera retombé sur le dernier rappel, on se souviendra encore de l’apparition de la Vieille Dame, immobile et terrifiante Parque, de cette forêt maléfique où les arbres sont des êtres vivants, de cette fête villageoise, où danse un squelette (Philippe Gouin), et de ce baiser que Clara, vêtue de rouge donne à Ill effondré. Baiser de la mort, dernier instant avant l’exécution.

Avec Omar Porras, La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt retrouve son rang de chef d’œuvre.

 

 

 

 

 

La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt

Mise en scène d’Omar Porras

Jusqu’au 29 Janvier au Théâtre 71

01 55 48 91 00

 

En tournée ensuite :

5 mars 2016 – Teatro Sociale – Bellinzona (Suisse) 41 91 820 24 44

10-12 mars Châteauvallon, CNCDC, 04 94 22 02 02

24-28 mars, festival iberamericano, Bogota (Colombie)

8 & 9 avril, Théâtre de Corbeil-Essonnes 01 69 22 56 19

21 & 22 avril, La Chaux-de-Fonds (Suisse) 41 32 967 60 50

27 & 28 avril, Le Carreau, Forbach, 03 87 84 64 30

4 & 5 mai, Espace Malraux, Chambéry, 04 79 85 55 43

 

 

 

 

 

 

18/12/2015

Bigre de bougre !

 

 

Nous avions déjà apprécié, en 2012, les talents comiques de Pierre Guillois et Olivier Martin-Salvan dans Le Gros, la Vache et le Mainate[1]. Et les retrouvailles avec Bigre qui promettait un « mélo burlesque », nous ont comblés.
Nous les avions aimés iconoclastes et cyniques, nous les retrouvons tendres et maladroits, victimes d’une conjoncture difficile.Théâtre, humour, théâtre du Rond-Point, Bigre, Pierre Guillois

Ils n’ont plus de patronyme, et vivent sous les toits dans ces cellules étroites et inconfortables qu’on appelait « chambres de bonnes » du temps où les bourgeois se faisaient servir. Elles accueillent maintenant étudiants et travailleurs précaires.

L’un (Olivier Martin-Salvan) s’est aménagé un espace blanc, nu et fonctionnel, où il traque le moindre grain de poussière. L’autre (Pierre Guillois) empile les cartons dans un désordre organisé. Et voici que nos deux célibataires voient s’installer, dans la chambre rose au bout du palier, une blonde (Agathe L’Huillier), court vêtue (costumes d’Axel Aust) qui trimballe outre son sac à dos, un guéridon et un poisson rouge dans son bocal. Ils en tombent amoureux. On se reçoit, on s’emprunte des objets, on se les chipe au besoin, on fait un peu la fête, on partage le même W.C. On se prête aux apprentissages de la demoiselle tour à tour coiffeuse, cuisinière, infirmière (coiffure et maquillage : Catherine Saint-Sever). On souffre quand elle en choisit un, on se cloître quand elle l’abandonne. On espère quand elle revient.

La vie quoi ! L’héroïsme au quotidien, vécue par des anti-héros auxquels les objets résistent, la nature s’oppose, les circonstances jouent des tours.

Ces trois-là ont co-écrit un spectacle plein d’humour qu'ils interprètent avec brio. Ils évoluent dans le décor de Laura Léonard que les lumières de Marie-Hélène Pinon, les effets spéciaux d’Abdul Alafrez, le son de Roland Auffret rendent réaliste, fantastique ou poétique à plaisir…

On pense au Chaplin des Temps modernes, à Buster Keaton imperturbable dans les pires moments, aux amoureux de Peynet sous les toits, et surtout aux Branquignols, car, bigre de bougre et bougre de bigre !... on rit tout le temps.

Bigre n’est pas encore remboursé par la sécu, mais il est plus efficace que n’importe quel remède contre l’angoisse ! Ne manquez pas ce spectacle !

 

Jusqu’au 17 janvier à 20 h 30

              

 

affiche : © Stéphane Trapier.    

 

[1] - Voir notre note du 11/02/2012 sur Blogspirit.

 

20/11/2015

« Malandro, c’est du feu ».

 

 

Théâtre, théâtre de Malakoff, musique, Ramuz, Stravinsky, Omar PorrasLe diable peut prendre bien des formes. Et Joseph (Joan Mompart), le soldat qui revient dans son village, ne se méfie pas suffisamment du gentil vieux monsieur (Omar Porras) qui lui échange son violon contre un livre magique. Il est trop confiant, Joseph, qui accepte d’apprendre au vieux à jouer du violon pendant trois jours. Car ces trois jours durent trois ans. Quand il arrive dans son village, personne ne le reconnaît, ni sa mère, ni sa fiancée qui s’est d’ailleurs mariée. Joseph n’est « plus qu’un mort parmi les vivants. » Bien sûr, grâce au livre qui prédit l’avenir, il « a tout l’argent qu’il voulait » mais personne qui l’aime. Il n’aura de cesse de récupérer son violon, de rendre l’argent au diable. Il peut alors guérir la fille du roi (Maëlle Jan) et l’épouser. Mais son bonheur est de courte durée. Le diable le guette et l’emmène aux enfers.

De ce conte russe, Stravinsky, réfugié en Suisse, fit L’Histoire du soldat, avec Charles-Ferdinand Ramuz, un mimodrame pour trois récitants et sept instrumentistes. Il fut créé en 1918 par Georges Pitoëff. Aujourd’hui, sous la direction d’Omar Porras, ils sont cinq. Le narrateur (Philippe Gouin) culotte de satin clair, jaquette et chapeau gris, mène le récit mais s’efface devant de vrais personnages comme le curé (Alexandre Estève). Omar joue tous les avatars du diable et il y prend un plaisir… malin.

Les acteurs portent masque et perruque suivant la tradition du teatro Malandro. On avait dit de lui : « Malandro, c’est du feu ». Théâtre, théâtre de Malakoff, musique, Ramuz, Stravinsky, Omar PorrasIl persiste ! 

Des fontaines lumineuses, des feux d’artifices, des explosions aveuglantes rythment les méfaits du diable qui change de costume et d’allure, mais pas de scélératesse. Par instants, la lumière noire peint aussi les rêves. Les couleurs sont vives, les acteurs ardents. Vêtus comme des figurines de bois peintes, ils donnent burlesque et mélancolie à la manière de Petrouchka.

L’Histoire du soldat devient ainsi un éblouissant bijou de fantaisie, mais aussi une amère leçon de vie.

Le soir où nous l’avons vu, à cause des brutes criminelles qui ensanglantent le monde, il avait fallu annuler la venue des jeunes spectateurs. Priver la jeunesse de culture, de pensée, d’amour, tels sont les buts de ces assassins.

Faites qu’ils ne réussissent pas !

Courez voir L’Histoire du soldat.

 

Photos © 2015 Teatro Malandro

 

 

 

L’Histoire du soldat de Charles-Ferdinand Ramuz et Igor Stravinsky

Théâtre de Malakoff

Jusqu’au 27 novembre

01 55 48 91 00

 

Mardi, vendredi à 20 h 30

Mercredi, jeudi, samedi à 19 h 30

Dimanche à 16 h

 

 

© 2015 Teatro Malandro