Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2015

Les murs magiques

  

théâtre du rond-point,aurélia et victoria thierrée,fantastique poétiqueElle (Aurélia Thierrée) est perdue dans ses cartons. Elle doit partir, quitter les lieux où s’entassent des souvenirs encore vivants. Trier ? Choisir ? Jeter ? Elle en est incapable, et ralentit les deux hommes (Antonin Morel et Jaime Martinez) qui gèrent ce déménagement. Et les objets eux-mêmes désobéissent. L’escabeau s’enfuit. Les cartons décampent…

Alors, commence, pour la sans logis, une errance nocturne entre des immeubles branlants, des passages mystérieux, des escaliers sans marches, des places désertes où la guettent des êtres masqués. Elle grimpe le long des façades, elle s’échappe, elle revient dans un « recommencement continuel. »théâtre du rond-point,aurélia et victoria thierrée,fantastique poétique

Danseuse et comédienne, elle poursuit sa quête  dans un univers onirique. « J’aime et revendique ne pas être foncièrement définissable. J’aime le flou de ma situation, parce qu’il me permet plus de flexibilité, plus de liberté. D’ailleurs, je ne reconnais pas toujours celle qui entre sur scène de soir en soir » dit-elle.

Et, des flots de plastique translucide surgissent des monstres pleins de tendresse, des silhouettes inquiétantes, des personnages prodigieux, des choses sensibles. Tous glissent, disparaissent, refluent. Tout bouge, tout se transforme, tout s’éclaire, puis s’obscurcit. Les murs sont magiques, la table surnaturelle, le lit ensorcelé, la cheminée enchantée.

La sensation singulière du rêve éveillé plonge le spectateur dans un monde surréaliste, un fantastique poétique proche de celui de Prévert et Carné, à moins qu’il ne s’agisse de celui de… Chaplin.

Nous vous recommandons ce voyage féérique…

 

 

Photos : © Richard Haugton

 

Murmure des murs conception et mise en scène de Victoria Thiérée-Chaplin

Jusqu’au 23 mai, 21h

Théâtre du Rond-point

01 44 95 98 21

www.theatredurondpoint.fr

 

 

 

08/05/2015

Cultiver son jardin

 

 

 

Les jardins de Chaumont ont ouvert leurs grilles sur les nouvelles installations. Le thème 2015 ? « Jardins extraordinaires, jardins de collection. »

Nous n’avons pas tout vu. En particulier dans le parc historique.

jardins de ChaumontNous avons commencé par les installations murales d’El Anatsui, artiste ghanéen qui utilise les « matériaux de rebut », étiquette, capsules de bouteilles, emballages d’aluminium, et regardez l’effet moiré de cette tapisserie mouvante… Étonnant !

Puis  nous sommes allés à la découverte des « chasseurs de plantes de jardin », avec leurs nuances, la collection bleue,jardins de chaumont,nature

 

 

 

 

 

la collection noire,

 

jardins de chaumont,nature

 

 

 

 

les 101 pélargoniums,jardins de chaumont,nature

 

 

 

 

les cabinets de curiosités,

 

le jardin sauvage si bien organisé,

 

 

jardins de chaumont,nature

jardins de chaumont,nature

 la phytothèque, les mousses,

jardins de chaumont,nature

 


jardins de chaumont,nature

 

 

jardins de chaumont,nature

 l'alignement des cactées,                                                                           la serre des victorias,

les plantes carnivores dans des cages protectrices...

jardins de chaumont,nature

 les résineux nains,

jardins de chaumont,nature

 

les iris… Et tant d'autres, fleurs et plantes, merveilles naturelles pour cultiver son jardin...

 

Allez-y, c'est splendide !

 

 

Jardin de Chaumont-sur-Loire

festival des jardins  jusqu'au 1er novembre

www.domaine-chaumont.fr

tél. 02 54 20 99 22

 jardins de chaumont,nature

jardins de chaumont,nature

jardins de chaumont,nature

25/02/2015

Albertine retrouvée

 

Théâtre, poche-montpanasse, poésie, littérature, Albertine Sarrazin, Mona  Heftre, Manon SavaryOn avait un peu oublié la vie tumultueuse d’Albertine Sarrazin. Abandonnée à l’Assistance publique à la naissance, adoptée, violée à dix ans par un oncle, elle est bouclée au Bon Pasteur dès les premières révoltes de l’adolescence. Elle commence à noircir de petits cahiers, et ses écrits sont confisqués. Excellente élève, mais indisciplinée, elle fugue le jour de son oral de bac. Elle quitte Marseille où « le nombre de flic égale celui des malfaiteurs. »

De quoi peut vivre une fille de quinze ans à Paris ? Elle se prostitue, tente un braquage avec son amie Emilienne et la voilà en prison à seize ans. Elle supporte mal la « solitude et l’enfermement » et  quand en 1955, elle est condamnée à sept ans de prison, elle s’évade, saute d’un mur de dix mètres et se casse un os du pied, l’astragale.

Celui qui la ramasse, c’est Julien Sarrazin, un petit délinquant, qui va devenir son grand amour. Elle ne va vivre que pour lui, par lui. Ils sont arrêtés, condamnés, libérés, réincarcérés, mais ils se marient, et une fois leurs peines purgées s’installent ensemble dans les Cévennes. En 1964, Jean-Jacques Pauvert accepte deux manuscrits : La Cavale et L’Astragale, deux succès d’édition, tout de suite adaptés au cinéma. Albertine Sarrazin devient célèbre, « Je crois au pouvoir de la volonté, de l’enthousiasme. » déclare-t-elle, dans une interview.

Mais le bonheur est court et la vie injuste. En 1967, à cause d’un anesthésiste incompétent, elle meurt après une opération. Elle n’avait pas trente ans.

théâtre,poche-montpanasse,poésie,littérature,albertine sarrazin,mona  heftre,manon savaryMona Heftre bouleversée par l’œuvre et la vie d’Albertine lui dresse un mémorial poignant. Spectacle baroque bâti avec des textes puisés dans les romans, les poèmes (dont certains sont mis en musique (musique de Camille Rocailleux), les entretiens. Avec sa silhouette fine, ses gestes gracieux, Mona réincarne l’incandescente jeune femme brune au visage étroit et aux yeux immenses. Manon Savary, qui signe la mise en scène et une vidéo, donne aux images en noir et blanc une esthétique contrastée faite de lumières crues et de noirs angoissants. Les lumières de Pascal Noël articulent les épisodes de cette impétueuse « vie de cavale ».

Comment ne pas l’aimer cette Albertine, qui volait les poèmes de Rimbaud et défiait la famille bourgeoise qui l’avait reniée ? Comment ne pas la plaindre, elle qui fut victime de la « bestialité des hommes » ? Elle n’avait ni « bon sens, ni morale, ni retenue ». On a jugé qu’elle était  « perverse », et même un « danger pour l’ordre public », alors qu’elle n’était qu’une petite fille affamée d’amour et de tendresse. Ses mots, comme des cris rebelles saisissent les spectateurs.

Grâce à Mona Heftre, Albertine disparue est devenue aujourd’hui Albertine retrouvée.

 

Photo :© D. R. 

 

 

 

 

 

Albertine Sarrazin, une vie de cavale de Mona Heftre

d’après l’œuvre d’Albertine Sarrazin

du mardi au samedi : 19 h, dimanche : 15 h

Théâtre de Poche-Montparnasse

Depuis le 24 février et jusqu’au 3 mai

01 45 44 50 21