Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2012

Mémoires d'un grenier

 

 

Il existe à Paris des lieux chargés d’histoire et peu connus du grand public. Ainsi, le grenier de ce fameux Hôtel d’ Hercule, où fut conduit après son forfait, Ravaillac, l’assassin de Henri IV. Balzac y situe son court roman Le Chef-d’œuvre inconnu, prétexte à disputer de l’art et des artistes.

Car telle est sa vocation. Jean-Louis Barrault y abrita sa jeune compagnie en 1934 et en fit un lieu ouvert à tous les courants artistiques de l’époque. Le groupe Octobre y répéta avec Prévert et Picasso y vécut de 1937 à … Là-dessus les historiens ne sont pas d’accord, certains disent 1945, et la plaque, à l’entrée annonce 1955. Mais tous s’accordent pour dire qu’il y créa Guernica, dont les dessins préparatoires ornent encore les murs.

Vous aviez reconnu… le grenier des Grands-Augustins.

Pour le faire revivre, Alain Casabona, secrétaire général du Haut conseil de l’éducation artistique et culturelle, écrivain, pianiste de renom et maître des lieux, y organise souvent des concerts, des lectures, des conférences. Cette année, il a eu l’idée du Théâtre. C’est ici,  raconte quelques-uns des grands moments du grenier. Ravaillac (Christophe Gauzeran) y affronte la colère du jeune Louis XIII (Juliette Croizat), Balzac (Olivier Balzuc) et Delacroix (Christophe Gauzeran) bataillent à propos de l’inspiration artistique, et Picasso (Olivier Balzuc) débat avec Dora Maar (Sarah Vernette).

Comment relier ces époques ? Alain Casabona a demandé le témoignage de la Poutre qui, depuis la construction de l’hôtel, soutient l’édifice, observe et juge tous ceux qu’il a abrités. Elle est la mémoire du grenier. Cette idée dramaturgique est d’autant meilleure que pour incarner ce personnage hors du commun, une actrice rare, Charlotte Rampling, a accepté l’enjeu. Elle est merveilleuse de finesse, d’ironie, de sagesse.

Je ne vous dirai rien de la mise en scène, vous me jugeriez partiale, puisque celui qui la dirige s'appelle François Leclère. Mais ce n’est pas une raison parce qu’il est mon fils de taire que je l’admire. Je ne vais pas laisser non plus à des plumes tout miel et tout fiel de distiller des malveillances.

Deux représentations seulement pour l’instant, uniquement sur invitations, mais on se prend vite à rêver plus.

En attendant, lisez le texte et espérez…

 

 

C’est ici  d’Alain Casabona, préface de Jacques Lassalle, éditions Triartis, 10€

 Au Grenier des Grands-Augustins, 7 rue des Grands-Augustins, les lundis 12 et 19 novembre, à 19 h 30.

 

 

Vient de paraître

 

Vous savez que le Théâtre, c'est d'abord un texte, et voici que viennent de paraître deux pièces de théâtre de Claude Mercadié , qui a été journaliste à Nice-Matin, et qui donne aujourd’hui une forme dramatique à ses réflexions sur les événements et les hommes. 

« Je trouve toujours un fait qui me surprend », dit-il à Christophe Mory qui dirige aujourd’hui la Librairie théâtrale. 

Ute Kayser ou L’Improbable Pardon trouve son inspiration dans la guerre. Laquelle ? La dernière que notre sol ait connue, et que l’auteur a faite aussi. Mais elle pourrait se situer ailleurs, dans toutes celles où les femmes, victimes de viols, paient de leur chair les pulsions des guerriers.

Mercadié Claude : Ute Kayser ou L’Improbable Pardon, 12 €, éditions de l’œil du Prince

 

La Confession, est plus intime, mais traite d’un grand sujet de société, l’Église et ses prêtres. Elle met en scène un prêtre vieillissant face à la question du doute, que ce soit celui des fidèles qui désertent les églises, ou celui des prêtres qui se défroquent. « Qu’as-tu fait de ton frère ? » demandait l’Éternel, « Qu’as-tu fait de tes fils ? « interroge l’Homme d’aujourd’hui.

 

Mercadié Claude : La Confession, 12 €, éditions de l’œil du Prince

 

 

 

 

15/11/2012

« Comme un gosse »

 


La pièce de John Steinbeck, Des souris et des hommes, adaptée par Marcel Duhamel, avait été créée en 2002 au Théâtre 13, mise en scène par Jean-Philippe Évariste et Philippe Ivancic avec Anne Bourgeois pour la direction d’acteurs. Elle est actuellement reprise au Théâtre 14, et elle nous paraît toujours aussi remarquable.

Dans la Californie de la grande crise, celle de 1929, - on pourrait aisément s’y tromper – deux hommes, George (Jean-Philippe Évariste) et Lennie (Philippe Ivancic) tâchent de survivre comme saisonniers. Ils s’épaulent, et malgré toutes les vicissitudes, restent amis. théâtre,steinbeck,théâtre 14Et ce n’est pas facile, car Lennie, un colosse simple d’esprit, s’attire toujours des tas d’histoires. De ferme en ferme, ils portent un rêve, celui de s’en acheter « un lopin de terre, une petite maison, une vache, un cochon, et des lapins », une ferme à eux, afin de retrouver leur dignité d’hommes libres. Car, là où ils trouvent de l’embauche, les hommes abrutis de travail, ne s’intéressent à rien ni à personne. Sauf peut-être le vieux Candy (Jean Hache ou Jacques Herlin) qui a été mutilé par une machine, qui, voit avec angoisse venir le temps où on ne pourra plus lui donner du travail, et qui n’a « nulle part où aller ».

Mais les autres, Carlson (Jacques Bouanich), Whit (Hervé Jacobi), Slim (Philippe Sarrazin), ne rêvent que d’aller dépenser leur paye au bordel, et trouvent normal la ségrégation dont le pauvre Crooks (Augustin Ruhabura) est victime.

Le patron (Henri Deus) ne veut pas d’histoire sur ses terres, et son fils, Curley (Emmanuel Dabbous) ne supporte pas qu’on jette un regard sur sa femme (Gaëla Le Devehat), laquelle trouve toujours un prétexte pour traîner dans les baraquements des ouvriers agricoles.

Au moindre mot, la tension monte, et les haines se décuplent. Lennie qui ne mesure pas sa force, ne maîtrise pas ses colères. Il est « comme un gosse ». Il disloque ceux qu’il veut caresser. Les autres appliquent la loi de Lynch. C’est leur justice. La justice des hommes...théâtre,steinbeck,théâtre 14

Le décor en cloisons de bois filtre le soleil de la Californie (lumières de Jacques Rouveyrollis). Les nuits sont profondes, les hommes ont des habits usés, déteints, et s’affolent devant les robes fleuries, décolletées, soyeuses, de la femme (costumes Emily Beer).

Chacun des comédiens possède le ton juste, mais le plus bouleversant reste Philippe Ivancic, avec ses gestes maladroits, ses regards noyés, ses sourires mouillés. théâtre,steinbeck,théâtre 14Dans ce monde brutal, impitoyable, Steinbeck garde une tendresse pour ses héros, et tous ceux qui jouent dans cette production la transmettent au public.



photos : © Lot

Des souris et des hommes de John Steinbeck

Théâtre 14

Jusqu’au 31 décembre

Ma, ve, sa, 20 h 30 Me, je, 19 h

01 45 45 49 77

16:50 Écrit par Dadumas dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre, steinbeck, théâtre 14 |  Facebook | |  Imprimer