Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2013

Au coeur de la bataille

 

 

Ce siècle avait douze ans, et pour conquérir la plus haute magistrature de la République, beaucoup de Bonapartes, de l’extrême gauche à l’extrême droite, nous ont cité Victor Hugo. Les citations étaient souvent exactes, mais quelquefois tronquées, et toujours décalées dans l’espace et le temps. Il était donc logique que la Maison Victor Hugo se propose de retracer « le parcours politique » du poète.exposition hugo politique,maison victor hugo,littérature

Martine Contensou et Vincent Gille, commissaires de l’exposition, ont construit pour 2013, une exposition autour des grandes idées qui ont fait de la vie de Victor Hugo un combat contre la peine de mort, la misère, la violence en politique, le travail des enfants et pour la justice, l’enseignement et la laïcité. exposition hugo politique,maison victor hugo,littératureDes œuvres du poète, côtoient celles qu’il a inspirées : tableaux, gravures, sculptures, dessins, journaux, brouillons de discours, affiches, lettres, précieuses éditions, illustrent la chronologie d’un destin.

Le jeune Hugo, élevé par une mère royaliste doit ses premiers succès (et ses premières rétributions) à des poèmes glorifiant la Restauration. À la mort de sa mère, il découvre, l’épopée napoléonienne avec son père, Léopold Hugo, général d’empire en demi-solde.

Déjà, il fait tache chez les conservateurs. Il est hostile à la peine de mort, il parle d’éduquer le peuple, et, dans ses pièces, ses romans, dénonce l’injustice, l’arbitraire, l’hypocrisie des prêtres et des grands de ce monde. Son roman, Claude Gueux fait scandale, sa pièce Marion de Lorme est censurée, Le roi s’amuse est interdite.

Il est, sous Louis-Philippe, le chantre des révolutionnaires de 1830 - « Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie » - célébrés au Panthéon et le poète du retour des cendres de Napoléon Ier.

Il est élu à l’Académie française (1841), il devient pair de France (1845), mais le conservateur trahit définitivement sa caste. Depuis longtemps déjà il parlait de liberté et de fraternité, il va en faire une priorité pour résoudre les questions sociales. Il est alors au coeur de la politique, au coeur de la bataille.  Il s’oppose au soulèvement populaire de juin 1848, mais il vote contre celui qu’il tient pour responsable de sa répression sanglante, le général Cavaignac candidat républicain. Cependant, quand Louis-Napoléon Bonaparte viole la constitution, Hugo appelle à l’insurrection. Il prend en exilla stature de l’opposant irréductible à l’empire. Avec Napoléon le Petit et Les Châtiments (édités en Belgique) commence la lutte de l’écrivain contre tout pouvoir autoritaire.

Il est alors "le" républicain, défenseur de toutes les libertés, que toutes les minorités sollicitent, et qui il tente d’obtenir la grâce des condamnés à mort aux États-Unis, comme en Irlande.

Revenu en France en 1870, il partage les souffrances des Parisiens pendant le siège et contribue à l'effort de guerre. Élu en 1871, il démissionne parce que l’élection de Garibaldi, né à Nice, est invalidée. Son fils Charles meurt brutalement, et le 18 mars 1871, premier jour du soulèvement de la Commune, les insurgés laissent passer le cortège funèbre. Hugo est en Belgique pendant la pendant la Commune. « Je suis pour la Commune en principe, et contre la Commune en application », écrit Hugo le 28 avril.

Il n’approuve la violence ni du côté des insurgés, ni du côté des Versaillais. Opposant farouche aux condamnations à mort, il réclame l’amnistie dès 1871. Il mettra dix ans pour l’obtenir. Il est alors sénateur.

Bel itinéraire que celui d’un homme issu de la bourgeoisie, qui aurait pu rester conservateur avec les siens, et qui, par amour de la justice, de la liberté devient « révolutionnaire », par « évolution », se déterminant toujours par rapport « à ce qu’il voit, à ce qu’il ressent. »

Quand elle vint à Paris, Aung Suu Kyi déclara : « J’ai dit qu’une véritable révolution était une révolution de l’esprit et c’est pourquoi je tiens autant à Victor Hugo, car il a compris que toute véritable révolution part de l’intérieur ». Aujourd’hui, l’exposition lui est dédiée. 

  

 Photos : © Danièle Gasiglia-Laster

 

Hugo politique

Exposition dédiée à Aung Suu Kyi
maison Victor Hugo

6, Place des Vosges

du 14 mars au 25 août 2013

www.musee-hugo.Paris.fr


 

Conférences à la Maison de Victor Hugo de la place des Vosges, en marge de l’exposition Hugo politique :

17 avril : Hugo, 1848 et Histoire d’un crime, par Eric Hazan, historien, directeur des

éditions La Fabrique
15 mai :
Victor Hugo, la peine de mort et la pénalité par Robert Badinter, ancien ministre

29 mai La question sociale et la question politique autour de 1848-1852 par Thomas Bouchet, historien, université de Dijon

5 juin Hugo orateur politique par Marieke Stein, université de Metz.
Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscriptions obligatoires au 01 42 72 
71 52 ou à florence.claval@paris.fr 

 

14/03/2013

Voici l'heure...

 

 

Robinson a fait ouvrir les portes du temple et une neige serrée tombe sur le Père Lachaise. Le metteur en scène l’aurait voulu ainsi, à la fin du spectacle, son dernier.Jêrome Savary

Sauf qu’il ne viendra pas saluer. Et que ces mots de Platon, inscrits au fronton intérieur : 

Voici l’heure de nous en aller

Moi pour mourir, vous pour vivre

Qui de nous a le meilleur partage ? »

il ne les dira pas, lui, Jérôme Savary, qui aimait tant la vie.

Et la fanfare du Magic Circus  - dont l’étendard de velours pourpre brodé d’or n’appelle plus à aucune provocation, -  joue comme introït le Saint James infirmary. Puis, il y aura ses musiques préférées : Duke Ellington, Gregg Martin, John Coltrane, Count Basie. Mais pas de discours !

Nous sommes là, immobiles, et Billie Holiday chante :

The snow is snowing, the wind is blowing

But I can weather the storm !

What do I care how much it may storm?

I've got my love to keep me warm.

Et nous pensons à lui qui nous a donné tant d’émotion.

Et soudain sa voix nous parle, railleur, de la solitude et de la mort. C’était, il me semble, Les Derniers jours de solitude de Robinson Crusoé*. Il disait « le théâtre ce n’est pas la vie », et encore « le problème de la mort ne nous est pas étranger », et les spectateurs riaient.

On l’a souvent pris pour un bouffon, il était un philosophe. Et un roi international de la scène que ce fût au Théâtre ou à l'Opéra.

Sur When the saints go marching in, la fanfare jouait la sortie vers le Paradis sous les applaudissements.

Alors, Michel Dussarat, qui l’accompagne depuis toujours, donna à Nicolle Rochelle** un micro afin qu’elle puisse chanter une dernière fois pour celui qui révéla son talent dans le rôle titre de sa dernière création à l’Opéra-Comique : Looking for Joséphine.  

Et nous n’avions plus envie de le quitter.

Il est donc resté parmi nous, Jérôme Savaryet il suffit de dire « La Périchole », ou « Cyrano de Bergerac »,  « Chantecler », « Arturo Ui », "La Femme du boulanger", ou « Utte Lemperer », « Barbara Schulz », « Mistinguett »,  « Zazou », pour que, de nos mémoires, l’écheveau des souvenirs nous le ramène, éternel saltimbanque, riant des inanités humaines afin de continuer à vivre…

 

 

 

 

Photo : Nina et Manon avec leur père Jérôme, et Michel Dussarat devant l'affiche de La Fille à marins, spectacle donné au Théâtre Rive gauche en 2012. © D.R.

On pourra consulter, pour plus d'images, sur cet hommage à  Jérôme Savary :

http://www.boursorama.com/

http://www.purepeople.com/article/obseques-de-jerome-savary-sous-la-neige-et-les-applaudissements-au-son-du-jazz_

 

·       * Texte publié dans L’Avant-Scène Théâtre N° 496 (épuisé), en 1972.

·       ** qui fut une Joséphine Baker étonnante

 

 

27/02/2013

Quand les lendemains ne chantent plus

 

 

 

Ils se sont rencontrés à la fin des années 50, et ne se sont plus quittés. Aujourd’hui, c’est la vie qui les quitte, par instants, par miettes. Quand les lendemains ne chantent plus, ils s’aiment encore, et se caressent et pensent à leur jeunesse. Lui (Christian Bouillette), revoit par bribes son passé, et ses souvenirs s’affolent comme les spectres pâles autour de lui. Trois jeunes circassiens (Julie Pilod, Matthieu Gary, Vasil Tasevski), s'agitent près du vieil homme un peu hagard, qui suit d’un regard halluciné les prouesses de leurs jeunes corps, fermes et souples.

Julie Berès, dans son spectacle, cite Les Fraises sauvages de Bergman, et son septuagénaire rappelle le professeur Brod, sa nostalgie du passé heureux, son amertume devant la fuite du temps et la décrépitude inéluctable. On pense aussi à cette mise en scène de Faust par Antoine Vitez où le vieux Faust, vêtu de lin blanc, tournait, comme envoûté, autour du jeune Faust séduisant Marguerite.

Les très belles lumières de Daniel Lévy, voilent pudiquement, d’une obscure clarté, le vieillissement  des corps. L’atmosphère est  étrange et tendre. Le Chœur de la Ville accompagne, par ses chants, le déroulement des tableaux, sur une création sonore de David Segalen. La chorégraphie de Stéphanie Chêne, la scénographie de Mathias Baudry construisent un spectacle d’une beauté poignante, d’une rigueur fantastique et d’une émotion contenue.

Et cette création originale va tourner : ne la manquez pas !

 

 

 

 

 

 

Lendemains de fête  de Julie Berès

Jusqu’au 5 mars

Théâtre des Abbesses

01 42 74 22 77

 

du 25 février au 5 mars 2013

La Rose des Vents – Scène nationale à Villeneuve d’Ascq

du 12 au 15 mars 2013

Centre culturel Théo Argence – Saint Priest

le 20 mars 2013

L’Agora – Évry

le 26 mars 2013

Le Grand R – Scène nationale de La Roche-sur-Yon

le 4 avril 2013

Théâtre de Bourg-en-Bresse

les 10 et 11 avril 2013

Espaces Pluriels – Pau

le 25 avril 2013

Théâtre de Grasse

les 3 et 4 mai 2013

Théâtre de Champigny

le 17 mai 2013

Espace des Arts – Scène nationale de Chalon sur Saône

les 29 et 30 mai 2013