Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2012

Tout est bon dans le cochon

 

 

« Qui craint le grand méchant loup ? C’est p’t’êt’ vous, c’est pas nous ! » Vous vous rappelez ce refrain de votre enfance ? Alors vous allez vous réjouir de l’arrivée des Trois Petits Cochons sur la scène du Studio de la Comédie-Française.

Bruno Bettelheim nous a appris que les contes sont nécessaires aux enfants, ils leur apprennent à vaincre leurs angoisses en leur montrant les efforts à faire pour raisonner, acquérir leur maturité, leur indépendance.


Thomas Quillardet qui a beaucoup lu les contes traditionnels a trouvé trace des trois petits cochons dans les récits de Pologne, d’Allemagne, de France, de Lorraine, de Bretagne. Ils racontent la dure initiation des enfants aux pièges de l’abandon, de la séduction, de la violence, de la peur. « Toutes les versions commencent par la même scène, une mère (…) chasse ses enfants ».théâtre,studio de la comédie-française,thomas guillardet,serge bagdassarian,bakary sangaré

Ici, la mère (Bakary Sangaré) se sacrifie pour leur éviter « le couteau du charcutier » (Serge Bagdassarian), lequel proclame - en chantant - que « tout est bon dans le cochon ». Les trois petits (Marion Malenfant, Stéphane Varupenne, Julie Sicard), plus enfants que gorets, s’enfuient.

Le décor (scénographie de Dominique Schmitt) se modifie à vue, les lumières d’Eric Dumas transforment les espaces, les suggèrent dans des séries de « flashes » amusants.

Je ne vous raconte pas l’errance des trois enfants, ni les épisodes des différentes maisons, ni les ruses du loup (Serge Bagdassarian) pour les dévorer. Je vous laisse découvrir la belle invention poétique du texte qui permet aux enfants de ne pas se sentir tout à fait seuls, de ne jamais désespérer de la vie quelles que soient les circonstances.

Allez-y vite, n’attendez pas les vacances de Noël pour emmener non seulement vos enfants (ou vos petits-enfants), ils n'auront même pas peur ! Mais aussi, les parents, les grands-parents, et même les ados réticents, qui retrouveront avec émotion leurs rêves d'enfance. Ils seront tous… enchantés.

Il a raison le charcutier : « tout est bon, dans le cochon » !

 

 

 

 Les Trois Petits Cochons

adaptation de Marcio Abreu et Thomas Quillardet

Jusqu’au 30 décembre

Studio de la Comédie-Française

www.comedie-francaise.fr

 

 

09/11/2012

Le chemin de croix de la Thénardier

 

 

 

Comment raconter Les Misérables sur scène quand on n’a que huit comédiens et qu’on n’a pas les moyens financiers d’une production internationale ? Le projet tient de la gageure.

Manon Montel  qui a créé sa compagnie (Chouchenko) en 2004, a choisi quelques scènes essentielles, ajouté quelques dialogues oubliés dans beaucoup d’adaptations (le sermon de Jean Valjean à Montparnasse), cite quelques vers des Châtiments, une phrase de Mille Francs de récompense et tisse l’intrigue autour d’une narratrice : la Thénardier (Claire Faurot qui joue aussi Gavroche), cette femme qui n’était mère que pour ses deux filles : Éponine et Azelma et s’était débarrassée de ses trois garçons.

L’idée est intéressante, d’autant qu’elle prouve que Manon Montel connaît bien le roman. En effet, quand Thénardier (Stéphane Soussan, qui joue aussi un bagnard, et un émeutier), vient chez Marius dénoncer Jean Valjean (Stéphane Dauch), qu’il dit avoir « épouse et demoiselle » à embarquer pour l’Amérique, Marius lui rétorque qu’il ment puisque sa femme est morte.

C’est donc Madame Thénardier (, morte et sortant des brouillards de l’au-delà, qui relie les époques, les protagonistes, et se plaint : « Y’a pas d’justice ». Elle raconte comment Jean Valjean vole Petit-Gervais, sauve les deux enfants d’un gendarme, devient Monsieur Madeleine. Elle accuse son mari des maux qu’elle subit, elle commente l’attitude de Marius, celle de Cosette devenue jeune fille, pousse Éponine (Loreline Mione), à se prostituer. Ce n’est plus l’épopée de Jean Valjean mais le chemin de croix de Madame Thénardier.

Cependant, si ses comédiens sont habiles à jouer plusieurs rôles, à chanter, qu’ils ont suffisamment d’aisance pour donner les scènes de foule dans des chorégraphies bien pensées (Claire Faurot), soutenues par les lumières de Sébastien Lanoue, des costumes congruents (Patricia de Fenoyl) et qu’elle-même interprète successivement Fantine, Cosette jeune fille, et l'ardent révolutionnaire Enjolras, il est bien difficile aux jeunes spectateurs de suivre l’intrigue.

L’œuvre a été créée, dit le dossier de presse, avec la participation d’élèves d’un lycée et sans doute y avait-il des grisettes autour de Fantine, une Cosette enfant, un Petit-Gervais et un Gavroche plausibles. Ils manquent terriblement. Comme nous manquent le vieux Gillenormand, un Javert (Jean-Christophe Frèche) plus massif et un Monseigneur Myriel qui n’ait pas l ‘âge de Marius.

L’œuvre a été créée, dit le dossier de presse, avec la participation d’élèves d’un lycée et sans doute y avait-il des grisettes autour de Fantine, une Cosette enfant, un Petit-Gervais et un Gavroche plausibles. Ils manquent terriblement. Comme nous manquent le vieux Gillenormand, un Javert plus massif et un Monseigneur Myriel qui n’ait pas l ‘âge de Marius.

Heureusement, certains tableaux subjuguent par leur beauté, leur efficacité narrative, et l’on se dit, que, si en sortant, quelques-uns ont envie de se replonger dans le livre, la gageure était bonne.

 

 

 

Les Misérables d’après le roman de Victor Hugo

Adaptation et mise en scène de Manon Montel

Vingtième Théâtre

01 48 65 97 90

 

jeudi 15, 22, 29  novembre, 6 décembre, à 14 h 30,

mardi 11 décembre à 20 h

 

www.chouchenko.comD I S T R I B U T I O

07/11/2012

François Morel

 

Une excellente nouvelle. 

2013 sera une bonne année. Surtout si vous la passez au théâtre de la Pépinière avec François Morel.

 

François Morel, Théâtre de la Pépinière, humourInstants critiques

 

8 janvier au 2 mars à 21h

 

2 avril au 13 avril à 21h

  

avec Olivier Saladin, Olivier Broche et Lucrèce Sassella

mise en scène François Morel

adaptation François Morel et Olivier Broche

d'après les échanges entre Georges Charensol et Jean-Louis Bory de l'émission radiophonique « Le Masque et La Plume » sur France-Inter

 

 (voir notre note d'octobre 2011)

 

Hyacinthe et rose

 

5 février au 2 mars à 19h

 

avec François Morel et Antoine Sahler au piano

mise en scène François Morel

texte de François Morel

 

Bien des choses

 

5 mars au 30 mars à 21h

 

avec François Morel et Olivier Saladin

mise en scène François Morel

texte de François Morel

 

La Fin du monde est pour demain

 

18 avril au 22 juin à 21h

avec François Morel

mise en scène François Morel et Benjamin Guillard

texte de François Morel

 

 

Le Soir des lions

 

25 juin au 29 juin à 21h

 

mise en scène de Juliette

textes et interprétation François Morel

accompagné de Antoine Sahler, Lisa Cat-Beno, Muriel Gastebois

musiques Antoine Sahler et Reinhardt Wagner