Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2013

Je crois me souvenir

 

 

Pépinière-Opéra, François MorelFrançois Morel a carte blanche. La saison passée nous vous avions dit notre enthousiasme pour Instants critiques, créé au Théâtre 71, à Malakoff. Si vous n’aviez pas osé divaguer dans la banlieue rouge, vous allez être servi dans Paris, puisque la pièce est reprise à la Pépinière Opéra.

Vous pourrez y passer une soirée complète, puisque avant Instants critiques (à 21 h), vous pourrez y découvrir Hyacinthe et Rose à 19 h.

François Morel, auteur du récit, fait revivre les grands-parents de naguère à travers les souvenirs d’un petit Parisien  qui allait se refaire une santé à la campagne pendant les vacances. Hyacinthe, le grand-père lit L’Humanité et bouffe du curé. Rose, la grand-mère ne manque jamais la messe et offre ses belles fleurs au curé. « ils ne s’entendaient sur rien », et pourtant « ils avaient dû s’aimer » puisqu’ils avaient douze enfants et neuf petits-enfants. Ils communiaient dans « l’amour des fleurs ».

Et de printemps en étés, le petit garçon les observe, et se souvient.

Un musicien, Antoine Sahler, donne la réplique à François Morel, Pépinière-Opéra, François Morelet quelquefois le dialogue touche à nos propres souvenirs : le nylon, l’Estafette, le chien, la chatte, les tulipes, les marguerites et toutes les fleurs dont  nous ne connaissions pas les noms latins.

C’est tendre, grave et joyeux. La scénographie d’Edouard Laug simplifie le décor, les lumières d’Alain Paradis restituent la clarté des jours heureux. Tout commence par la chanson de Francis Lemarque : « Qui peut dire où vont les fleurs du temps qui passe ?  »

Et, avec l’émotion , un vers d’Aragon trotte dans ma mémoire : « Je crois me souvenir lorsque je sens les roses »… celles du jardin de Puisaye où ma grand-mère les cultivait.

 

 

 

 

Photo © Manuelle Toussaint

 

Pépinière-Opéra

Jusqu’au 2 mars à 19 h

01 42 61 44 16

01/02/2013

Une force qui va

 

 

 

 

Comédie-Française, Hernani, Hugo, Littérature, théâtreIl peut paraître paradoxal de monter un drame romantique sur un plateau nu, en bi-frontal. Comment cacher le roi Don Carlos dans la chambre de Doña Sol au premier acte et le rebelle Hernani au troisième ? Devant quoi Don Ruy va-t-il faire l’éloge de ses ancêtres au même acte ? Comment Carlos va-t-il descendre dans le tombeau de Charlemagne au quatrième ? Et pas de terrasse, de jardin de nuit étoilée au dernier acte ? Notre esprit d’hugolienne redoutait cet Hernani.

Nous avions tort.

Nicolas Lormeau qui a créé le spectacle au « Printemps des comédiens » à Montpellier la saison dernière a fait confiance au texte de Hugo et à ses comédiens. Il a supprimé la figuration, les valets, leurs flambeaux, les pages, les marquis, les comtes, les courtisans, les montagnards, les foules tumultueuses, les hommes d’armes, les conspirateurs, les invités de la noce, les masques, et rangé au magasin des accessoires, les fauteuils, les bancs, les panoplies, les armures, les portes dérobées et  les portraits. Hernani, dans son dépouillement n’est plus qu’une « une force qui va », contre l’adversité. Les didascalies nécessaires à la compréhension du texte seront dites, en voix off par Thierry Hancisse.

Vous vous rappelez l’histoire ? Doña Sol (Jennifer Decker), jeune noble orpheline, doit épouser son oncle et tuteur, le Duc Don Ruy Gomez Da Silva (Bruno Raffaelli). Mais la belle reçoit dans sa chambre, le soir un «jeune amant sans barbe à la barbe du vieux. » Il s’agit d’Hernani (Félicien Juttner), fils du duc de Segorbe et de Cardona, condamné à mort par le précédent roi qui l’a dépouillé de ses titres et ses terres. Hernani rôde avec une bande de montagnards qualifiés de « bandits » par le roi Carlos (Jérôme Pouly) dont il cherche à se venger. Et ce roi, figurez-vous qu’il est aussi amoureux de Doña Sol, qu’il a soudoyé la duègne, Doña Josefa (Françoise Gillard) pour s’introduire, avant Hernani dans la chambre. Quand Don Ruy survient, impromptu, le roi prétend qu’il est là, incognito, afin de le consulter sur un sujet politique : sa candidature à l’empire d’Allemagne et que le seigneur qui l’accompagne est « quelqu’un de (sa) suite »… Il s’agit de poursuite en effet. Hernani poursuit en effet le roi de sa haine et Doña Sol de son amour, Le Roi poursuit la jeune fille de ses assiduités, et Don Ruy poursuit son projet de l’épouser.

À l’acte III, le Roi prend Don Ruy en traître et Doña Sol en otage. Comme Don Ruy a sauvé la vie d’Hernani, ce dernier jure de le venger et de mourir ensuite. Serment fatal ! Car Carlos devenant Charles Quint, commence son règne par « la clémence ». Il rend à Hernani ses titres, ses biens, et marie les amants. Mais le soir de la noce, Don Ruy lui rappelle qu’il doit mourir. Et le lit nuptial ne sera que couche funèbre.

Nicolas Lormeau imagine de transposer l’Espagne de convention du drame, du XVIe siècle au XIXe. Les costumes de Renato Bianchi nous parlent du temps où fut créée la pièce. Don Ruy Gomez de Silva semble une copie de Louis-Philippe, Don Carlos porte bourgeoisement la redingote, Doña Sol « avec sa robe blanche où notre amour s’attache* » paraît sortir d’une gravure de L’Illustration, et Hernani, veste et culotte de velours vert bouteille s’enveloppe d’un cape de laine couleur terre.

Et pourtant tout fonctionne, aucun flottement quand les comédiens entrent et sortent par la salle, disparaissent derrière les gradins des spectateurs installés sur ce qui est, d’habitude la scène. Les lumières de Pierre Peyronnet  cernent l’espace scénique avec art.

Bruno Raffaelli est poignant en père noble. Chaque spectateur a pour Jennifer Decker, les yeux d’Hernani. Chaque spectatrice offre son cœur à Félicien Juttner. Jérôme Pouly peu sympathique en roi jouisseur, gagne l’estime de tous en empereur généreux.

Cependant, si le sublime est atteint, on regrette que le grotesque soit gommé. Une duègne jeune et jolie est une aporie. Et pourquoi faire dire en prologue, dans le noir, un extrait de la Préface de Ruy Blas (1838) « Trois espèces de spectateurs composent ce qu'on est convenu d'appeler le public : premièrement, les femmes ; deuxièmement, les penseurs ; troisièmement, la foule proprement dite. » pour introduire le drame ? Il y a dans celle d’Hernani (1830)  suffisamment d’arguments pour ne pas décaler les principes d’Hugo dans le temps : « Le principe de la liberté littéraire, déjà compris par le monde qui lit et qui médite, n'a pas été moins complètement adopté par cette immense foule, avide des pures émotions de l'art, qui inonde chaque soir les théâtres de Paris. Cette voix haute et puissante du peuple, qui ressemble à celle de Dieu, veut désormais que la poésie ait la même devise que la politique: TOLERANCE ET LIBERTE.

Maintenant, vienne le poète! Il y a un public. »

Mais nous ne recommencerons pas la « bataille d’Hernani ». La pièce, parle d'amour, et par son énergie, sa poésie, prouve qu’elle est un chef-d’œuvre.

 

Photo : © Brigitte Enguérand


·       * Poème des Feuilles d’automne daté de 1830.

 

Hernani de Victor Hugo

Mise en scène de Nicolas Lormeau

Théâtre du Vieux-Colombier

Jusqu’au 18 février

01 44 39 87  00/01

27/01/2013

Mon père, ce héros

 

 

Il n’y avait pas que Victor Hugo pour dire à son père et sa mère tout l’amour qu’il leur portait. Marcel Pagnol a, lui aussi, chanté l’amour de sa famille, et idéalisé son enfance avec La Gloire de mon père, Le Château de ma mère, Le Temps des secrets, une trilogie aussi fameuse que Marius, Fanny, César qui triomphèrent au Théâtre puis au Cinéma.Théâtre, Poche-Montparnasse, Pagnol, Stéphanie Tesson, Antoine Séguin

Stéphanie Tesson pour l’ouverture de son programme destiné à la jeunesse présente La Gloire de mon père avec un acteur. Antoine Séguin est seul en scène, avec juste un tableau noir, une craie, une chaise et un drap écru ! Le chant cuivré des cigales, le son d’un fifre et d’un tambourin, l’écho d’une farandole, par instants, rythment le temps qui passe.

Il fait bon, il fait chaud dans  le Petit-Poche, et les enfants sont sages, attentifs.

Les « plus beaux jours de sa vie », pour le petit Marcel, et son frère Paul furent ces premières vacances dans les collines de Provence, avec les « sommets qui soutenaient le ciel ».

Et il raconte bien, Antoine, les éblouissements de l’enfant, son admiration pour sa mère, sa fierté pour son père, ses joies et ses déceptions. Il a fallu tailler dans le roman, ne garder que l’essentiel, « la carcasse » du récit qui se déroule, et promène les spectateurs dans les découvertes enfantines. De l’école du Chemin des Chartreux, à Marseille, jusqu'à la Bastide Neuve de collines d’Aubagne, Marcel apprend et nous l’entendons comme le récit d’une enfance privilégiée.

Pas de MP3, de DS, de jeu électronique, mais la lampe-tempête, l’âne, la lutte des Comanches et des Mohicans, les cigales, les papillons, et les fameuses bartavelles et le bonheur jaillit…

La parole vibre, les cigales stridulent, et le spectateur s’engage derrière Antoine, à la découverte des mots, des paysages, des mensonges des hommes.

Car même les héros ont leurs faiblesses…

Mais le spectacle n’en a aucune.

On y emmène ses parents facilement. Marcel Pagnol est un auteur en qui ils ont confiance et ils ont bien raison. Stéphanie Tesson le respecte et Antoine Séguin le sert admirablement.

 

 

La Gloire de mon père d’après Marcel Pagnol

Théâtre de Poche-Montparnasse

Le mercredi à 17 h

Le dimanche à 15 h

01 45 44 50 21