Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2013

Voici l'heure...

 

 

Robinson a fait ouvrir les portes du temple et une neige serrée tombe sur le Père Lachaise. Le metteur en scène l’aurait voulu ainsi, à la fin du spectacle, son dernier.Jêrome Savary

Sauf qu’il ne viendra pas saluer. Et que ces mots de Platon, inscrits au fronton intérieur : 

Voici l’heure de nous en aller

Moi pour mourir, vous pour vivre

Qui de nous a le meilleur partage ? »

il ne les dira pas, lui, Jérôme Savary, qui aimait tant la vie.

Et la fanfare du Magic Circus  - dont l’étendard de velours pourpre brodé d’or n’appelle plus à aucune provocation, -  joue comme introït le Saint James infirmary. Puis, il y aura ses musiques préférées : Duke Ellington, Gregg Martin, John Coltrane, Count Basie. Mais pas de discours !

Nous sommes là, immobiles, et Billie Holiday chante :

The snow is snowing, the wind is blowing

But I can weather the storm !

What do I care how much it may storm?

I've got my love to keep me warm.

Et nous pensons à lui qui nous a donné tant d’émotion.

Et soudain sa voix nous parle, railleur, de la solitude et de la mort. C’était, il me semble, Les Derniers jours de solitude de Robinson Crusoé*. Il disait « le théâtre ce n’est pas la vie », et encore « le problème de la mort ne nous est pas étranger », et les spectateurs riaient.

On l’a souvent pris pour un bouffon, il était un philosophe. Et un roi international de la scène que ce fût au Théâtre ou à l'Opéra.

Sur When the saints go marching in, la fanfare jouait la sortie vers le Paradis sous les applaudissements.

Alors, Michel Dussarat, qui l’accompagne depuis toujours, donna à Nicolle Rochelle** un micro afin qu’elle puisse chanter une dernière fois pour celui qui révéla son talent dans le rôle titre de sa dernière création à l’Opéra-Comique : Looking for Joséphine.  

Et nous n’avions plus envie de le quitter.

Il est donc resté parmi nous, Jérôme Savaryet il suffit de dire « La Périchole », ou « Cyrano de Bergerac »,  « Chantecler », « Arturo Ui », "La Femme du boulanger", ou « Utte Lemperer », « Barbara Schulz », « Mistinguett »,  « Zazou », pour que, de nos mémoires, l’écheveau des souvenirs nous le ramène, éternel saltimbanque, riant des inanités humaines afin de continuer à vivre…

 

 

 

 

Photo : Nina et Manon avec leur père Jérôme, et Michel Dussarat devant l'affiche de La Fille à marins, spectacle donné au Théâtre Rive gauche en 2012. © D.R.

On pourra consulter, pour plus d'images, sur cet hommage à  Jérôme Savary :

http://www.boursorama.com/

http://www.purepeople.com/article/obseques-de-jerome-savary-sous-la-neige-et-les-applaudissements-au-son-du-jazz_

 

·       * Texte publié dans L’Avant-Scène Théâtre N° 496 (épuisé), en 1972.

·       ** qui fut une Joséphine Baker étonnante

 

 

27/02/2013

Quand les lendemains ne chantent plus

 

 

 

Ils se sont rencontrés à la fin des années 50, et ne se sont plus quittés. Aujourd’hui, c’est la vie qui les quitte, par instants, par miettes. Quand les lendemains ne chantent plus, ils s’aiment encore, et se caressent et pensent à leur jeunesse. Lui (Christian Bouillette), revoit par bribes son passé, et ses souvenirs s’affolent comme les spectres pâles autour de lui. Trois jeunes circassiens (Julie Pilod, Matthieu Gary, Vasil Tasevski), s'agitent près du vieil homme un peu hagard, qui suit d’un regard halluciné les prouesses de leurs jeunes corps, fermes et souples.

Julie Berès, dans son spectacle, cite Les Fraises sauvages de Bergman, et son septuagénaire rappelle le professeur Brod, sa nostalgie du passé heureux, son amertume devant la fuite du temps et la décrépitude inéluctable. On pense aussi à cette mise en scène de Faust par Antoine Vitez où le vieux Faust, vêtu de lin blanc, tournait, comme envoûté, autour du jeune Faust séduisant Marguerite.

Les très belles lumières de Daniel Lévy, voilent pudiquement, d’une obscure clarté, le vieillissement  des corps. L’atmosphère est  étrange et tendre. Le Chœur de la Ville accompagne, par ses chants, le déroulement des tableaux, sur une création sonore de David Segalen. La chorégraphie de Stéphanie Chêne, la scénographie de Mathias Baudry construisent un spectacle d’une beauté poignante, d’une rigueur fantastique et d’une émotion contenue.

Et cette création originale va tourner : ne la manquez pas !

 

 

 

 

 

 

Lendemains de fête  de Julie Berès

Jusqu’au 5 mars

Théâtre des Abbesses

01 42 74 22 77

 

du 25 février au 5 mars 2013

La Rose des Vents – Scène nationale à Villeneuve d’Ascq

du 12 au 15 mars 2013

Centre culturel Théo Argence – Saint Priest

le 20 mars 2013

L’Agora – Évry

le 26 mars 2013

Le Grand R – Scène nationale de La Roche-sur-Yon

le 4 avril 2013

Théâtre de Bourg-en-Bresse

les 10 et 11 avril 2013

Espaces Pluriels – Pau

le 25 avril 2013

Théâtre de Grasse

les 3 et 4 mai 2013

Théâtre de Champigny

le 17 mai 2013

Espace des Arts – Scène nationale de Chalon sur Saône

les 29 et 30 mai 2013

 

17/02/2013

Une soirée anti-déprime

 

 

Ils sont cinq, musiciens, chanteurs et ils chantent en français, ne satisfaisant à la mode franglaise que pour parodier ou :

« We are not the Rolling Stones

We are not Metallica

We are not Mylène Farmer

et ainsi de suite,  rejetant Jean-Pierre Marielle (Tiens, pourquoi lui ?), Michael Jackson et Dalida.

théâtre,musique,chanson,fouteurs de joie,grand-point-virguleQui sont-ils donc ? Ils s’appellent « les Fouteurs de joie », et ils portent bien leur nom, car ils font rire la salle entière. On entre avec des soucis, on sort ragaillardi.

Christophe Dorémus joue de la contrebasse, de la guitare et de la scie musicale. Nicolas Ducron est à l’accordéon, mais aussi à la clarinette, au saxo, et au ukulélé. Alexandre Léauthaud se consacre à l’accordéon. Tom Poisson est à la guitare, au banjo et aux percussions. Laurent Madiot se partage entre la guitare, le banjo et le ukulélé. Tous chantent et joliment ! Ils sont aussi comédiens et ont organisé des tournées en roulotte jusqu’à l’île de la Réunion. En pantalons noirs et gilets assortis, ils mouillent vite la chemise blanche et le chapeau melon des frères Jacques circule de l’un à l’autre.

Leurs textes sont critiques, très ironiques, « Ô patron, ô mon amour, je t’aimerai toujours ! » Ils ne ménagent ni les politiques « En France, on s’offusqua », ni la société abrutie de télé, avec « ses cerveaux en bois ». Certaines chansons peignent « la vie buissonnière », d’autres l’amour, toutes la passion des mots : « c’est crazy, la vie ». Ils ont de la voix, du rythme, et un capital de sympathie illimité. Et ils rendent aussi hommage à Gainsbourg avec :

"Suspends un violon, un jambon à ta porte,

Et tu verras rappliquer les copains,

Tout tes soucis que le diable les emportent
Jusqu'à demain."

Ils se sont faits connaître dans les festivals de plein air, l’été, et ils sont à Paris cet hiver. Ils n’ont pas encore changé le monde, mais ils vous donneront l’occasion de rire et de penser.

 

 

Les Fouteurs de joie

Tous les lundis à 20 h 30

(sauf le 18 février)

Le Grand Point Virgule

01 42 78 67 03

 

ATTENTION
le dernier lundi de chaque mois le spectacle aura lieu à 21h30
les autres lundis à 20h30